Le Thé des Alizées avec L’ombre du vent

N’ayant pas de boutique « Le Palais des Thés » près de chez moi, lorsque je sais que je vais à Marseille, je prévois une journée pour aller en ville et surtout dans la boutique Palais des Thés de la Rue Paradis. Je regarde régulièrement leur site et je fais une liste des thés qui m’intéressent. En voyant la composition du Thé des Alizées, je n’ai pas accroché :

Thé vert agrémenté de pétales de fleurs, subtilement parfumé avec des morceaux de pêche blanche, de kiwi et de pastèque. Superbe équilibre du thé vert et de la fraîcheur des fruits. A déguster chaud comme glacé.

Un thé au Kiwi (que je déteste) et à la pastèque (que j’aime l’été, mais en fruit) ne me donnaient pas du tout envie d’y goûter. Et pourtant, en entrant dans la boutique, je me suis mise à sentir tous les thés présentés… Sans regarder leur nom, j’ai juste laisser mon odorat choisir mes futurs thés. Mon odorat à craqué pour le Thé des Alizées, lui faisant totalement confiance, je l’ai prit, curieuse de voir ce qu’il pouvait donner.
En thé chaud, je n’accroche pas. Voulant suivre le conseille de la vendeuse, je l’essaie glacé.

Préparer ce thé glacé :
Prenez 15 g de feuilles de thé par litre d’eau à température ambiante, laissez infuser pendant 30 minutes, retirez les feuilles et placez au frais.

Et là, il a vraiment montré toutes ses saveurs, un goût frais et fruité. Un vrai bonheur ! Pas besoin d’ajouter de sucre, où alors un ou deux morceaux suffisent amplement !

En réfléchissant à ce thé, j’ai repensé à un livre que j’ai dévoré cet été : L’ombre du vent de Carlos Ruiz Zafon :

Le récit débute à Barcelone, après la guerre civile, marquée par la défaite, la vie difficile, les haines qui rôdent toujours. Un matin de 1945, un homme emmène son petit garçon – Daniel Sempere, le narrateur – dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le cimetière des livres oubliés. L’enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est convié par son père, modeste boutiquier de livres, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y ‘adopter’ un volume parmi des centaines de milliers. Il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l’entraîner dans de nombreux secrets : ‘L’ Ombre du vent’. Pourquoi les romans de cet auteur mystérieux sont-ils brûlés les uns après les autres ? Pourquoi tant de mystère ?

C’est un livre remplit de nostalgie, de poésie, d’une magnifique description de Barcelone. En lisant ce livre, on a l’impression de se promener dans Barcelone, de ressentir des sentiments très fort, comme la joie, la peine et l’amour. Je n’ai pas réussit à quitter le livre pendant une semaine, je devais absolument savoir la fin, savoir qui était cet auteur mystérieux, pourquoi tout ce qui l’avait entouré semblait avoir disparu ? Il s’agit d’un des plus beau livre que j’ai pu lire, encore aujourd’hui, en parler m’émeus et me donne des frissons. En grande voyageuse, je rêve de découvrir Barcelone, et encore plus depuis que j’ai apprit qu’un guide avait été écrit en collaboration avec Carlos Ruiz Zafon pour guider les touristes dans le Barcelone du livre : Promenades dans la Barcelone de l’Ombre du vent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s